Insel Games, le studio qui forçait ses employés à poster de faux avis

Aujourd’hui, on évoque un cas pas vraiment récent : Insel Games. Ce studio maltais vendait ses jeux sur la bien connue plateforme Steam, une sorte de marketplace du jeu vidéo dématérialisé qui joue le rôle d’intermédiaire entre développeurs de toutes envergures et joueurs du monde entier.

Le 14 décembre 2017, le PDG du studio envoit un e-mail à ses employés, partagé sur Reddit par un employé mécontent , dont voici ma traduction :

Salut tout le monde,

Il est 3h du matin passé à Malte et je termine ma journée de travail avant de dormir un peu.

Malheureusement, les recettes de Wild Busters n’atteignent pour l’instant pas les attentes et ça sera encore plus difficile d’améliorer la situation ce week-end car le premier jour est généralement le meilleur. On se traine à 50% de Otherlands et 25% de Guardians of Ember.

Un des plus gros problèmes : le fait que nous n’avons pas de score de review. En fait nous avons actuellement 6 avis. Si je compte moi-même les personnes qui travaillent au studio, je compte plus de 6 personnes.

J’ai envoyé un email plus tôt mais on m’a dit que certains d’entres vous ont annoncé à des collègues ne pas vouloir faire un achat du jeu et/ou un commentaire. Franchement, cela me laisse plutôt déçu. Bien sur, je ne peux pas vous forcer à laisser un avis (et encore moins vous dire quoi écrire) mais je ne devrais pas avoir à le faire. Négliger l’inportance des avis coutera des emplois à terme. Si WB (Wild Busters, note de traduction) échoue, Insel fais faillite, IME (la maison mère, note de traduction) fait faillite, et nous nous retrouvons tous sans emploi dans un an.

Je vous demande donc de faire l’une des choses suivantes : acheter le jeu et me présenter une preuve d’achat d’ici vendredi soir pour lequel vous serez remboursé sous 24 heures, ou m’expliquer demain pourquoi vous ne souhaitez pas faire cela. Je voudrais discuter de cela individuellement et en privé avec chacun d’entre vous et vous tiendrai informés

Suite à ces révélations, la plateforme Steam a réagit en bannissant purement et simplement l’éditeur. Une réaction qui est toute à l’honneur de Valve (l’entreprise qui gère Steam).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *