Les faux avis dans le viseur de l’autorité anglaise de la concurrence

Faux avis dans le viseur

L’autorité de la concurrence et des marchés au Royaume-Uni (CMA pour Competition and Markets Authority) a démarré une enquête. Elle porte sur les avis de consommateurs non-authentiques, c’est à dire les faux avis. La CMA promet des sanctions aux entreprises coupables.


En tant que lecteur de ce blog, vous savez l’ampleur du phénomène des faux avis. La CMA estime qu’au Royaume-Uni, le volume des achats influencés par les avis s’élève à 21 milliards d’Euros par an. Les faux commentaires représentent donc un problème sérieux.

Prendre le taureau par les cornes

L’autorité anglaise compte s’attaquer au problème sur plusieurs fronts. En effet, le problème a pris énormément d’ampleur. Ce secteur s’est donc professionnalisé et représente désormais un marché important. La CMA a indiqué qu’elle n’hésiterait pas à prendre les mesures nécessaires à l’encontre des entreprises qui ne respectent pas la loi.

La CMA (Competition and Market Authority) est l'équivalent au Royaume-Uni de la DGCCRF.

Les boutiques en ligne

Le premier angle d’attaque de la CMA sera les sites marchands. Ceux-ci seront examinés afin de déterminer s’ils en font assez pour lutter contre les faux avis. L’autorité essayera donc de débusquer les manipulations d’avis consommateurs. Elle compte pour cela se fier aux même types d’indicateurs que les outils tels que ReviewMeta pour les repérer. Si un site laisse des faux avis flagrants en ligne, il sera sanctionné.

En revanche, la CMA n’a pas indiqué dans quelle mesure les marketplaces seront responsables des comportements de leurs vendeurs. On peut cependant espérer que cela forcera Backmarket à mieux cadrer leurs vendeurs.

Les professionnels des faux avis

L’autorité de concurrence anglaise compte aussi attaquer le problème à la racine. En effet, les faux avis sont devenus un véritable business. Des entreprises proposent aux marchands d’acheter des faux avis positifs par dizaines. Certains marchands recrutent de faux clients via les réseaux sociaux. C’est sur cet aspect du problème que la CMA semble prévoir le plus de moyens.

En effet, comme l’explique la BBC, l’autorité travaille avec les réseaux sociaux pour essayer de mettre un terme au commerce de faux avis. Les groupes Facebook et comptes Instagram spécialisés sont particulièrement visés. Les anonces proposant des produits gratuits en échange de commentaires positifs y pullulent.

Réactions positives de la part des associations de consommateurs

L’association Which? (l’équivalent anglais de 60 millions de consommateurs) se réjouit de cette nouvelle. Ses membres souhaitent assister la CMA dans cette enquête. Pour cela, l’association communique à l’autorité des éléments à l’encontre de certaines entreprises peu scrupuleuses.

L’annonce de cette campagne de lutte contre les faux avis est une bonne nouvelle. Espérons que les actions engagées seront à la hauteur des annonces. Cela pourrait inspirer les régulateurs français qui semblent bien débordés face à ce fléau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *